Elle imaginait qu'un jour il la quitterait comme il avait fait pour les autres ; ce n'est pas à son âge qu'on va changer encore qu'il était devenu différent, il ne ressemblait pas à l'homme qu'elle avait connu froid, distant, se prenant pour un Dieu ou pour le plus grand philosophe.
Enfin, il était légérement plus humble et ne disait plus ironiquement :" Alors, tu vas écrire pendant tes vacances en Bretagne " et bien oui, elle avait écrit et ça n'avait été pas si mal que ça !
Elle n'avait pas réussi dans son souhait de vacances partagées alors elle partait avec son amie ou avec sa soeur.
Elle imaginait sa vie à lui, courait-il toujours par monts et par vaux après des maîtresses éventuelles ; bien sûr, elle préférait ne rien savoir, elle préférait ne rien comprendre à sa décision de rencontres amoureuses rares et ferventes. Jalouse évidemment, il n'y avait plus Marguerite, il n'y avait plus Eva mais elle imaginait une longue liste !
Un grand point noir à cette liste, il y avait son amie qui s'était suicidée, il lui en avait vaguement parlé mais elle avait senti qu'il avait été meurtri et peu après cet événement il était parti définitivement de Lyon. Elle ne voulait pas savoir leurs relations passées, elle voulait oublier mais cette pauvre femme avait laissé une lettre, l'avait-il gardé, elle ne saurait jamais !
Il avait prétendu aimer toutes les femmes, une chose impossible quand on sait le travail que cela représente d'en aimer une et puis aucune femme ne pouvait supporter cela, c'était contre nature !
Il avait mis de l'eau dans son vin, il ne se croyait plus invincible, invisible, toujours fuyant comme une anguille, toujours prêt à de nouvelles conquêtes !