08 février 2006

suite page 30

Elle sentait en elle le besoin de protection, le besoin du père était toujours là, elle souhaitait de tout coeur sa venue à Honfleur, l'amour de son père était magique comme inscrit dans l'univers. Les animaux aussi vivaient sous la protection de leurs pères, c'est lui qui défendait la tanière, c'est lui qui faisait la bagarre avec les intrus, c'est lui qui assurait la sécurité du terrier.Elle aimait rencontrer des hommes d'âge mûr auquel elle pouvait se confier sans détour et qui avaient le regard protecteur et émerveillé de son... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2006

PAGE 3

Nour tremblait pour sa fille si sensuelle mais puisque son mari était libéral et confiant, elle laissait sa fille aller chez ses copines et aux fêtes de l'été; bien sûr les mères étaient là aussi dans ces fêtes de nuit où tout le monde dansait dans la rue au son de la derbouka et de la cornemuse. Les musiciens s'en donnaient à coeur joie et faisaient leur cagnotte !Les filles essayaient de chercher celui qu'elles aimeraient mais elles ne faisaient jamais des avances et restaient toutes timides même quand elles brûlaient pour un jeune... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2005

PAGE 84

Retournement de situation, la Tunisie a retourné à l'envoyeur ceux qui ont été expulsés sans laisser passer, elle ne les a pas reconnus comme tunisiens. Nour fut libérée après trente et un jour de détention légale, elle avait sept jours pour quitter la France, pour dire au revoir à son père, à ses enfants et petits enfants. Elle était partie sans espoir de revenir, le consulat français ne lui accordera jamais plus de visa.Elle avait pris le même bateau que Julien, la vie était belle !Le cercle était bouclé !
Posté par Nicole Chaabi à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2005

Page 83

Le passeport était périmé, en théorie on ne pouvait pas l'expulser, il fallait demander un laisser passer au consulat tunisien, celui ci fit la sourde oreille et ne donna rien.Quinze jours plus tard, elle repassa devant le juge des libertés, ses filles avaient pris une avocate qui se désista en dernière minute et le dossier arriva une heure avant dans les mains de la défense qui surchargée ne défendit rien et personne, elle avait tant de dossiers entre les mains que c'était impossible ! Julien sonnait au dehors pour entrer dans... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2005

PAGE 82

Nour était un peu indifférente à son enfermement, elle ne pouvait pas discuter avec les femmes turques alors elle sortait dans la cour et jouait avec les enfants, ils l'avaient adoptée et ne pleuraient pas d'être privés de liberté.Elle passa devant le juge des libertés, son visa et son passeport étaient périmés , impossible dans ce cas de l'assigner à résidence, l'avocat plaida sans conviction un vice de procédure.Le soir même, elle passa devant le tribunal de recours, impossible de choisir un avocat par manque de temps, impossible de... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2005

PAGE 81

Nour se morfondait dans sa Bretagne, elle pensait à Julien dans ses montagnes de Savoie; ils s'étaient rencontrés, ils avaient parlé et elle ne pouvait pas le considérer comme son grand frère, lui continuait sa vie ordinaire, le raisonnable c'était d'aller vers la vie !Elle avait omis de régulariser sa situation, son visa était terminé et elle savait qu'il ne serait pas prolongé. Son vrai père avait quatre vingt dix ans, pouvait il encore la reconnaître comme sa fille, était il assez lucide ?Jalousies, dénonciations, était ce à cause... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2005

PAGE 80

Elle est là dans le jaune couchée dans la lumière de l'été; toujours la couleur brique, les pieds nus, les cheveux blanchissants, les bras repliés sous la tête, la bouche fermée, le nez estompé, un oeil fermé et l'autre qui semble s'ouvrir. Elle est éveillée mais elle ne parle pas, elle n'a rien à dire; on ne parle pas quand on est nu, complétement nu. On est gêné, on se demande qui va couvrir cette nudité, ce corps sans parure, ce corps à l'état pur . Elle est toujours sereine, c'est étonnant d'être sereine quand on est nu !Plus loin... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2005

PAGE 75

Parfois il ne restait que l'oppression comme le poids d'une pression atmosphérique trop forte qui laissait son corps douloureux, anéanti, inachevé... corps inachevé alors qu'il avait vieilli, c'était un manque fondamental qui se creusait chaque année. Un manque qu'il savait que rien ne comblerait ni la religion, ni l'amour, ni l'art, ce manque existentiel qui faisait le pendant avec le trop plein de sa jeunesse.Il lui manquait un Dieu, une énergie inconnue qui permettraient à ce corps d'exister, il lui manquait une foi, une espérance,... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2005

PAGE 79

Il y avait une route de nuages au flanc de la montagne, ils étaient blancs, volumineux et changeants, ils se donnaient tous la main pour donner une continuité qui isolait la montagne bleue en forme de demi cercle; il voyait une mer de nuages phosphorescents et étincelants vers sa gauche et une montagne de nuages grisâtres et boursouflés vers sa droite. On ne pouvait hésiter à choisir : laisser tomber cette noirceur même si elle était élevée, ce qu'on appelait les montagnes de sacrifices... et courir vers cette mer de nuages pleine de... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2005

PAGE 78

Il y avait un jardinet avec une haie, deux ifs, un pin et un genre de prunier défeuillé, une pelouse en réfection et au milieu un beau sentier en serpentin bien ensablé; une femme passait sur le sentier puis disparaissait !Il avait perdu ses deux arbres : le cèdre et le tamaris et les peupliers bâtards mais il avait retrouvé plus loin un cèdre beaucoup plus grains et un arbre jauni de l'autre côté de l'allée et ils faisaient la tonnelle.Contre la montagne il y avait quelque chose de blanc qui se transformait et changeait de place;... [Lire la suite]
Posté par Nicole Chaabi à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]